Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette histoire trouve son origine dans mon parc de sculptures, ce rectangle de terre autour de ma maison dans lequel le "Chemin Idéal", que j’ai tracé au sol avec des dalles de pierre, conduit le visiteur de sculpture en sculpture. Il se trouve que l'une de ces pièces, que j'avais réalisée en bronze il y a bien longtemps, représente le buste de mon oncle, Monseigneur Léon Albert Terrier, qui fut évêque à Moutiers puis à Bayonne.

 

Un jour de septembre 2011, j'avais ouvert mon parc pour les “Journées du Patrimoine”, et j'eus la visite de Pierre Paccard, le patron (maintenent retraité) des « Cloches Paccard », cette entreprise bien connue pour avoir coulé un très grand nombre de cloches de Savoie mais aussi de France, de Navarre, et bien plus loin encore, depuis plus de deux siècles. Lorsqu'il eut terminé la visite, nous échangeâmes quelques paroles amicales et il s'en alla, apparemment satisfait.

 

Plusieurs semaines passèrent, puis un jour, je reçus par courriel un message de la part de mon visiteur ; il me disait qu'il avait bien reconnu mon oncle sur son piedestal, et qu'il avait dans ses archives un petit dossier concernant une cloche qui avait été fondue en 1939 en son honneur. Et il ajoutait qu'il avait retrouvé le moule ayant servi à la personnaliser par un haut relief aux armes du prélat.

                                   Buis Paccard                                                                                                                                 

Ce brusque retour en arrière, un an avant ma naissance, ne manqua pas de m'émouvoir. À la première occasion je me rendis à la fonderie pour rencontrer Pierre ; effectivement, il me montra un petit moule en buis qui avait servi à

imprimer les armoiries de mon oncle sur

 

 Armoiries Mgr Terrier Paccard 

 

Par ailleurs, dans le dossier on pouvait lire que la cloche, installée à Notre-Dame-du-Pré en Savoie, se nommait Sophie, qu'elle avait pour parrain un certain Fabien Terraz et comme marraine une certaine Sophie Fraissard ; qu'en outre, elle portait en effigie le Christ en Croix, la Sainte Vierge, Sainte Sophie, et bien entendu, les armes de Monseigneur Terrier. Il était également précisé qu'elle pesait 149 kilos, que son installation avait été présidée par Monsieur Barlet, maire de la commune, et bénie par Monseigneur Terrier en personne en l’an du Seigneur 1939. Fiche-Cloche.jpg 

Je ne saurais dire pourquoi je me sentis soudain comme propulsé 71 ans en arrière, lorsque les cloches de mon village de Seynod carillonnaient ma propre naissance…

 

Alors, je demandai à Pierre s'il voudrait bien me faire un bronze à partir de ce moule. Àussitôt il appela son chef d'atelier et lui demanda de m'en couler un exemplaire, en me précisant qu'il me l'offrait ; je n'aurai qu'à venir le chercher d'ici une quinzaine.

C'est dire si j'étais comblé !

  

Mais tout n'était pas dit, car cette histoire avait appelé dans mon esprit d'autres resonances : Puisque cette cloche avait été dédiée à Sainte-Sophie, pourquoi n'en existerait-il pas qui l’aient été à Saint-Jacques, l'ami des pèlerins de Compostelle ? “Bien sûr“ me rétorqua Pierre lorsque je lui eus fait part de ma réflexion. “Laisse-moi chercher le moule...” Il ne lui fallut pas plus de deux minutes pour le trouver dans ses innombrables tiroirs ; je pus discerner en creux dans ce morceau de buis, notre bon Saint Jacques pèlerin avec tous ses attributs, flanqué de deux angelots, et porté par une nuée. Une fois encore, je ne résistai pas au désir d'en commander un exemplaire en bronze. Et à nouveau, Pierre demanda à son chef d'atelier de faire le nécessaire.

 

Mgr Terrier Paccard 1

Un jour donc, après avoir reçu un appel téléphonique de la fonderie, je me rendis à l'atelier pour prendre possession de mes bronzes. Splendides ! Magnifiques ! Superbes ! L'un comme l'autre, il m’enchantaient ! Sitôt rentré à la maison, je fixai le petit carré en bronze des armoiries de mon oncle sur sa stèle, à la place de la tête de lion qui, sans aucun lien avec le sujet, y figurait depuis sa mise en place. Esthétiquement, c'était du plus heureux effet, mais la cohérence avec le personnage en disait encore bien davantage…

 

Quant au Saint-Jacques, lorsque je le présentai à l'assemblée des pèlerins de Haute-Savoie au cours de leur réunion de décembre 2011, il fit tout simplement l'unanimité, et de nombreux participants émirent le souhait d'en commander un exemplaire.  

 

  St Jacques Paccard

Voilà où nous en sommes aujourd'hui. Mais une autre aventure nous attend, que nous a fait miroiter Pierre Paccard : éplucher la quinzaine de livres qu'il possède, où sont répertoriées toutes les cloches que la fonderie à coulées et installées à travers le monde, pour en extraire celles de Rhône-Alpes spécifiquement dédiées à Saint-Jacques. Vaste entreprise ; pour ce faire, il nous faudra nous réunir à cinq ou six pèlerins, bien armés de courage et de persévérance... en espérant trouver de nombreuses cloches marquées au sceau de Saint Jacques pèlerin.

  

Une histoire à suivre, assurément…

   

LéoGANTELET        

8 Route des Emognes     

74600  SEYNOD 

Tel : 04 50 69 15 41

Courriel : xgantelet@aol.com

Blog : xgantelet.over-blog.com 

 

Tag(s) : #Léo et son parc de sculptures